Sections Principales
Présentation
Cadre législatif
Etablissements financiers
Statistiques monétaires
Notes de conjoncture
Indicateurs monétaires
Marché monétaire
Marché interbancaire
 Rapports annuels de la Banque d'Algérie 2012

INTRODUCTION

L’économie nationale a fait face en 2009 au choc externe de grande ampleur, inhérent à l’intensification de la crise financière internationale et à la crise économique mondiale. Les performances économiques et financières des années 2001 à 2008, en particulier l’amélioration de la position financière extérieure et l’accumulation de ressources d’épargne budgétaire, ont permis à l’économie nationale de faire preuve de résilience. La consolidation de la position financière extérieure en 2010-2011 et le degré de stabilité monétaire et financière en témoignent.

L’activité économique a gagné en vigueur en 2012, tirée par la croissance hors hydrocarbures bien répartie entre les secteurs, en situation de creusement du déficit budgétaire et du déficit global des opérations du Trésor. De plus, les finances publiques sont de plus en plus vulnérables à la volatilité des prix des hydrocarbures et la marge de manœuvre de la sphère budgétaire dans l’allocation des ressources à la croissance se resserre. Par ailleurs, la forte expansion des crédits à l’économie, appuyée par des conditions financières plus favorables et des mesures de soutien aux PME, contribue au dynamisme de l’activité économique hors hydrocarbures.

La stabilité du taux de change effectif a étayé l’objectif de politique monétaire en 2012, en contexte de décélération significative du rythme d’expansion monétaire. Si l’efficacité de la conduite de la politique monétaire a été décisive en 2012 en matière de résorption de l’excès de liquidité sur le marché monétaire, le taux d’inflation a bondi sous l’effet de la hausse de l’inflation endogène. Les années 2011 et 2012 ont été marquées par la persistance de cette dernière qui a contrarié l’effet attendu de la diminution des cours mondiaux des produits de base au cours de l’année sous revue ; cette dernière ayant représenté le deuxième exercice de conduite de l’objectif explicite d’inflation.


L’efficacité de la conduite de la politique monétaire a contribué à la stabilité financière, d’autant que l’année sous revue a été marquée par une amélioration des indicateurs de solidité financière du secteur bancaire. Une solvabilité appréciable, des ressources hors hydrocarbures accrues et une position de liquidité très solide ont permis d’asseoir une allocation dynamique des fonds prêtables, pendant que les organes de supervision bancaire ont intensifié les contrôles des risques au niveau des banques pour endiguer une éventuelle reconstitution de créances non performantes.

Le présent rapport de la Banque d'Algérie analyse les principales évolutions macroéconomiques, financières et monétaires de l'année 2012, avec un accent particulier sur les développements du secteur bancaire et sa contribution accrue au financement de l’économie, en situation de finances publiques plus vulnérables au risque de baisse du prix du pétrole. La formulation et la conduite de la politique monétaire y sont largement explicitées, notamment sous l’angle de son rôle décisif dans le contrôle du processus inflationniste dont le caractère endogène est persistant.
 

 

Téléchargement des différents chapitre du rapport 

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE II : ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE

CHAPITRE III : ÉVOLUTION DES PRIX

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE V : FINANCES PUBLIQUES

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION ET INFRASTRUCTURE BANCAIRE

CHAPITRE VII : CONTRÔLE ET SUPERVISION BANCAIRE

CHAPITRE VIII :

ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET
                             RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES
                             PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE

CHAPITRE IX : POLITIQUE MONÉTAIRE

CONCLUSION

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES

->Télécharger L'intégralité du document