Carrière

Journée Arabe pour l’inclusion financière : “Renforcement de l’inclusion financière pour soutenir les efforts de lutte contre les répercussions du changement climatique” (English) 

25 avril 2023

La question de l’amélioration de l’accès à la finance et aux services financiers dans les pays arabes fait l’objet d’une grande attention de la part du Conseil des Gouverneurs des Banques Centrales et des Autorités Monétaires Arabes, en reconnaissance des opportunités potentielles et importantes qui peuvent être réalisées en améliorant l’inclusion financière pour soutenir le développement économique inclusif et durable, relever les défis du chômage, et parvenir à l’égalité. Il ne fait aucun doute que l’amélioration de l’inclusion financière joue un rôle important dans le soutien des efforts visant à faire face aux répercussions du changement climatique, en permettant aux clients du secteur financier de faire face aux risques associés aux changements climatiques et en améliorant leur capacité à se remettre des effets du changement climatique, ce qui, en son tour contribue à un développement inclusif et durable, conduisant ainsi à la solidité et à la résilience du secteur financier. Dans ce contexte, il convient de noter la nécessité d’adopter des politiques liées au changement climatique dans le cadre de la durabilité, conformément aux objectifs de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030 et aux orientations de l’Accord de Paris, qui fait l’objet d’une attention accrue de la part de la communauté internationale et les institutions financières régionales et internationales.

Dans ce contexte, le Conseil des Gouverneurs des Banques Centrales et des Autorités Monétaires Arabes a envisagé de célébrer la « Journée Arabe pour l’Inclusion Financière », qui se tient le 27 avril de chaque année, sous le thème : « Renforcement de l’Inclusion Financière pour Soutenir les Efforts de Lutte contre les Répercussions du Changement Climatique » pour les événements de 2023. Dans ce contexte, il est important que le secteur financier et bancaire prenne des initiatives pour renforcer sa capacité à faire face aux chocs liés au climat, sensibiliser aux répercussions de changement climatique et renforcer la confiance des consommateurs dans les institutions financières pour limiter les effets négatifs de ce changement dans la région arabe. Les banques centrales et les autorités monétaires arabes souhaitent soutenir les efforts de la communauté internationale pour renforcer les financements qui tiennent compte des considérations climatiques et du développement durable en général. Au premier plan, il s’agit du soutien à la mise en œuvre des objectifs de développement durable des Nations Unies et de leur lien étroit avec les questions de changement climatique, et du soutien aux efforts du G20 qui a adopté l’inclusion financière comme l’un des principaux axes pour renforcer les objectifs de développement durable et renforcer la stabilité financière, puisque le G20 accorde une attention particulière au soutien de l’accès des jeunes, des femmes et des micro, petites et moyennes entreprises aux services financiers, ainsi qu’à l’intérêt pour la sensibilisation financière communautaire qui améliore les chances de succès des efforts et des politiques à cet égard. Dans un contexte connexe, l’une des priorités importantes de la vingt-septième Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27), tenue en Égypte, était de garantir le financement nécessaire pour répondre aux exigences des objectifs climatiques. Les pays sont susceptibles de discuter des moyens d’accélérer et de renforcer les efforts mondiaux pour s’adapter au changement climatique lors de la vingt-huitième conférence (COP28) qui se tiendra aux Émirats Arabes Unis. Dans le même contexte, « l’Initiative au Moyen-Orient Vert », proposée par l’Arabie Saoudite, affirme l’engagement envers les efforts internationaux en matière de développement durable en établissant une feuille de route ambitieuse avec des étapes claires permettant d’atteindre tous les objectifs mondiaux.

Les banques centrales et les autorités monétaires arabes sont conscientes des grandes répercussions et des défis du changement climatique, alors qu’elles cherchent à développer des politiques qui soutiennent la croissance économique pour s’adapter au changement climatique. Dans un contexte connexe, les pays arabes peuvent travailler à l’élaboration et à l’intégration de plans d’action nationaux applicables et durables qui contribuent à stimuler la croissance et à bâtir des économies vertes durables, inclusives et résilientes.

Dans le cadre de sa stratégie, le Fonds Monétaire Arabe (FMA) accorde une grande attention aux enjeux prioritaires du secteur financier, notamment en termes de lutte contre les répercussions du changement climatique et de finance verte et durable, dans le but de soutenir les efforts visant à atteindre le développement inclusif et durable et la stabilité financière dans les pays arabes. À cet égard, les banques centrales et les autorités monétaires arabes ont adopté les principes directeurs émis par le FMA, intitulés « Les Banques Centrales Doivent Faire Face à l’Impact des Catastrophes Naturelles et du Changement Climatique sur le Système Bancaire et la Stabilité Financière ». Le FMA a également organisé un certain nombre d’ateliers et de formations de haut niveau, et réalisé des études et des documents de travail dans ce domaine. Dans ce contexte, la conférence sur « Soutien de la Transition vers une Economie Circulaire du Carbone pour Parvenir à un Développement Durable », organisée par le FMA, doit être notée comme soutenant l’adoption du modèle d’économie circulaire du carbone, qui tient compte des aspects environnementaux ainsi que la promotion du développement durable en réduisant les émissions de carbone. Dans un contexte similaire, selon les estimations du FMA, les émissions des pays arabes des obligations vertes et des sukuk liés à des activités durables, qu’elles soient souveraines ou du secteur privé, se sont élevées à 5.5 milliards de dollars en 2022.

Compte tenu de l’importance accrue des questions liées au changement climatique et de son impact sur le secteur bancaire et financier, le Conseil apprécie les activités incluses dans l’« Initiative d’Inclusion Financière pour la Région Arabe » (IIFRA), qui se concentrent sur la finance verte et le rôle des institutions bancaires et financières dans l’orientation des entrepreneurs vers des projets et des investissements durables, et le rôle des institutions partenaires de IIFRA dans la sensibilisation aux répercussions du changement climatique et l’encouragement de produits prenant en compte les considérations climatiques.

Il convient de noter l’intérêt du « Groupe de Travail Arabe sur l’Inclusion Financière » pour les questions liées au changement climatique et à la limitation de ses effets négatifs, à travers l’élaboration de politiques et procédures liées à l’amélioration de l’inclusion financière et à la mise à jour de ses indicateurs, le soutien des pays arabes pour appliquer les normes et principes internationaux, et le renforcement de la coopération entre les différentes institutions et autorités nationales concernées par les questions d’inclusion financière et entre celles-ci et les institutions internationales compétentes. Sans aucun doute, il est nécessaire de continuer à travailler sur l’amélioration des indicateurs d’inclusion financière, car les statistiques publiées par la Banque mondiale en 2021 révèlent que le pourcentage de la population masculine adulte dans les pays arabes qui a accès au financement formel et aux services financiers a augmenté, en moyenne, à 48 pour cent, 31 pour cent pour les femmes, et 32 pour cent pour les personnes à faible revenu. Malgré les progrès réalisés, il existe encore de grandes opportunités, en particulier pour les institutions financières et bancaires, d’améliorer l’accès aux services financiers dans les communautés arabes, de cibler les personnes financièrement exclues et d’intégrer le secteur informel dans l’économie nationale en adoptant des politiques appropriées. Cela dit, il convient de noter les efforts des pays arabes qui ont mis en œuvre les enquêtes statistiques dans le domaine de l’inclusion financière et de souligner l’importance de suivre sa mise en œuvre par les pays restants, ce qui permet d’améliorer la qualité des indicateurs d’inclusion financière selon les circonstances de chaque pays.

Dans le cadre des efforts continus déployés par les banques centrales, les banques commerciales et les institutions financières au cours des dernières années pour célébrer la « Journée Arabe pour l’Inclusion Financière » et organiser les activités et événements de cette journée, ce qui a contribué à l’éducation financière parmi toutes les catégories communautaires, il est important d’intensifier les événements connexes et d’élargir le champ de la participation communautaire, en mettant en œuvre des évènements et activités qui renforcent la connaissance des répercussions du changement climatique et des enjeux de la finance durable et verte. Les banques centrales et les autorités monétaires arabes souhaitent également la participation des autres autorités, telles que les ministères des finances, les autorités du marché des capitaux, les autorités de contrôle des assurances, les associations de banques, et toutes les autres institutions financières, à la célébration des événements de la « Journée Arabe pour l’Inclusion Financière » en 2023.

A cette occasion, le Directeur Général et Président du Conseil d’Administration du Fonds Monétaire Arabe, S.E. Dr. Abdulrahman Al-Hamidy a souligné l’importance et le rôle de l’inclusion financière pour relever les défis économiques qui affectent la croissance économique, en mobilisant des ressources pour augmenter l’épargne et l’investissement et créer de nouvelles opportunités d’emploi. Dr. Al-Hamidy a également salué l’attention croissante accordée aux questions liées à l’amélioration de l’inclusion financière par les décideurs des pays arabes, ce qui aiderait à relever les défis de la pauvreté, du chômage et de la justice sociale. Il a ensuite salué les efforts des banques centrales et des autorités monétaires arabes, soucieuses de continuer à accorder l’importance nécessaire aux questions de promotion de l’inclusion financière et de l’accès à des services financiers de qualité à des coûts raisonnables. Dr. Al-Hamidy a également félicité les gouverneurs pour avoir accordé une importance et une priorité appropriées à ces questions dans le cadre de leurs politiques économiques, sensibilisé au changement climatique et à son impact sur la stabilité financière, appliqué les exigences de finance responsable, promu la culture financière verte, soutenu la finance verte, et utilisé les nouvelles technologies financières dans la fourniture de services financiers. Enfin, Dr. Al-Hamidy a remercié les banques centrales et les autorités monétaires, les institutions financières et bancaires, et les associations de banques des pays arabes pour leurs efforts dans le lancement des activités à l’occasion de la « Journée Arabe pour l’Inclusion Financière », et l’importance qu’elles représentent dans l’atteinte des objectifs souhaités de l’événement.